La Réunion est une petite île presque ronde : une route nationale en fait le tour en 240 kilomètres. C’est une montagne posée sur la mer et née de deux événements volcaniques majeurs.

Un premier eut lieu il y a deux millions et demi d’années. Le magma jaillissant du cratère se répandit alors autour et sur l’océan, constituant ce qui est aujourd’hui le point culminant de l’île : le Piton des Neiges (3 069 mètres).

Le second événement volcanique survint une trentaine de kilomètres au sud-est, il y a de cela 380 000 ans Un nouveau massif volcanique se forma alors et s’accola au premier : Ainsi naquit le Piton de la Fournaise (2 632 m). Il est toujours en activité aujourd’hui et entre régulièrement en éruption, offrant un spectacle d’autant plus féérique que l’on peut approcher sans risque fontaines et coulées de lave.

Au centre de l’île actuelle se trouvent aujourd’hui trois gigantesques cirques : Mafate, Cilaos, et Salazie.
Résultant d’énormes effondrements, ils sont ouverts sur la mer par d’étroits défilés. Ces cirques constituent l’un des attraits majeurs de l’île. Parcourus de sentiers de randonnée, ils offrent aux amoureux de la nature un spectacle de gorges boisées et de cascades extraordinaires.
Les plaines littorales sont étroites, les pentes s’élèvent rapidement.

L’activité corallienne n’a pas encore eu le temps de constituer une barrière sur tout le pourtour de l’île et de former un vaste lagon. La barrière de corail émerge encore en discontinu sur une quinzaine de kilomètres dans l’ouest et le sud.

Au-delà des magnifiques plans d’eau turquoise bordés de sable blanc, comme devant les majestueuses falaises de roches basaltiques, le récif cède rapidement la place aux grands fonds.

La Réunion présente un relief sauvage et tourmenté, que le temps n’a pas encore adouci, mais qui participe de sa richesse.

Une île bleue et verte

En raison de ce relief abrupt, les activités humaines se sont concentrées sur le littoral. On y trouve aujourd’hui les principales villes : Saint-Denis, le chef-lieu ; Saint-Paul, la première « capitale » et Saint-Pierre la sudiste.
La belle architecture créole y est protégée des assauts de la modernité : l’âme de ces cités bâties par de rudes pionniers est préservée.

Au bord des plages, à Saint-Gilles, à Saint-Leu, comme à l’Etang-Salé, le vent des vacances souffle toute l’année.

L’atmosphère se fait plus campagnarde dans les cirques et les plaines d’altitude, entre cases coquettes, champs accrochés aux pentes et pâturages piquetés de troupeaux.
La canne à sucre forme une ceinture verte autour de l’île, interrompue seulement au sud-est par l’imposant massif du Volcan.
Le relief tourmenté laisse peu de place à l’agriculture. La montagne volcanique tapissée de végétation et de cascades règne en maîtresse.
La forêt des origines est encore visible à Bébour-Bélouve, dans la région de la Plaine-des-Palmistes ou à Mare-Longue, vers Saint-Philippe. Dans les forêts d’altitude pousse le Tamarin des Hauts, un arbre unique au monde et chéri des ébénistes.

La Réunion offre une incroyable diversité de paysage, végétation luxuriante baignée de chaleur tropicale, paysage minéral vivifié par l’air des montagnes, ou plages paradisiaques… Ses charmes naturels ne laisseront personne indifférent.

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *